Rapport sur le marché locatif : Taux d'inoccupation en baisse? Un taux d'inoccupation à 5,3% à Sherbrooke n'est pas un bon signe!

Rapport sur le marché locatif : Taux d'inoccupation en baisse? Un taux d'inoccupation à 5,3% à Sherbrooke n'est pas un bon signe!

Sherbrooke, le 28 novembre 2017 ---- Ce matin, la Société canadienne d'hypothèques et de logement (SCHL) publie son rapport annuel sur le marché locatif.

Faits marquants
Taux d'inoccupation provincial de 3.4%
Loyer moyen de 735$ (hausse de 1.9%)

Même si le taux d'inoccupation au niveau provincial a baissé de 4.4% à 3.4%, le Regroupement des Propriétaires d'Habitations locatives (RPHL) ne peut rester confiant face à l'avenir du parc locatif québécois. Il faut savoir que le taux d'inoccupation, à Sherbrooke, reste à 5,3%.

L'étude démontre aussi que les unités en copropriété offertes en location ont vu leur proportion augmentée et leur taux d'inoccupation baissait.

«On revient à la même problématique : des taux d'augmentation dérisoire, non seulement selon les critères de la Régie du logement, mais également selon ce que le marché permet avec les taux d’inoccupation que nous connaissons, combiné à la hausse des coûts de construction, de rénovation et de mise à niveau, ainsi que des logements laissés saccagés, tout cela entraîne un marché locatif en péril», explique Martin Messier, Président du RPHL.

D'un autre côté, il faut cesser de crier à la construction de logements sociaux coûte que coûte : de nombreux logements sont déjà disponibles et permettent dès aujourd'hui à des milliers de locataires de se loger de façon convenable. Le RPHL reste confiant qu'on puisse travailler ensemble pour trouver une solution qui soit la plus avantageuse autant pour les locataires dans le besoin, que pour les propriétaires d'habitations locatives.

Avec les condos locatifs, on voit que le marché locatif se transforme : les locataires veulent du neuf, des logements rénovés, des services en plus. Mais un immeuble datant de 1960 ne peut pas rivaliser avec un immeuble en copropriété neuf. Lorsque les propriétaires veulent moderniser ou même rendre leur immeuble plus Éco-Énergétique, ils se retrouvent confrontés à un retour sur investissement de plus de 40 ans!

Une petite lueur d'espoir? Avec l'annonce du Gouvernement fédéral de vouloir aider aussi les propriétaires dans la stratégie nationale sur le logement.
Une enveloppe est prévue pour des prêts à faible taux d'intérêt afin de réparer des logements existants : le RPHL espère que le privé pourra en bénéficier. Il est difficile de rénover tout en gardant les logements rentables actuellement, les propriétaires n'ont plus la capacité financière de moderniser le parc locatif avec une méthode de fixation de loyer inadaptée, insuffisante, nuisible et des taxes qui ne cessent d'augmenter. « Une aide gouvernementale est la bienvenue afin de se conformer au normes et garder un parc locatif en santé » ajoute Martin Messier.


Récapitulatif des taux d'inoccupation
Ottawa : 3.8%
Montréal : 2.8%
Québec : 4.5%
Saguenay : 6.8%
Sherbrooke : 5.3%
Trois-Rivières : 4.7%


Le RPHL existe depuis plus de 35 ans et défend les droits et intérêts des propriétaires de logements locatifs de l'Estrie et de la Haute-Yamaska, tout en offrant une panoplie de services à ses membres.

28 novembre 2017
Copyright RPHL